Google planifie secrètement de lancer un moteur de recherche censuré en Chine

Après huit ans d’absence du pays le plus peuplé du monde, la recherche sur va faire un retour spectaculaire en . Google aurait prévu de lancer une version censurée de son moteur de recherche en qui va mettre sur la certains sites et termes de recherche pour se conformer aux tentatives du gouvernement chinois de censurer Internet.

Selon des documents divulgués obtenus par The Intercept, le PDG Sundar Pichai a rencontré un fonctionnaire chinois en décembre 2017 pour réintégrer le plus grand marché au monde pour les internautes. Depuis le printemps dernier, les ingénieurs de Google travaillent secrètement sur un projet, baptisé “Dragonfly», qui comprend actuellement deux applications mobiles Android, nommées Maotai et Longfei, dont l’une sera lancée d’ici la fin de l’année après que les autorités chinoises l’auront approuvée.

La version censurée du moteur de recherche Google, sous la forme d’une application mobile, permettrait de “blacklister les requêtes sensibles” et de filtrer tous les sites Web (actualités, droits de l’homme, démocratie, religion) qui sont actuellement bloqués par le gouvernement chinois et on peut citer notamment Wikipedia, BBC News, Instagram , Facebook et Twitter.

En plus, Google va également blacklister les mots en chinois pour droits de l’homme, démocratie, religion et manifestations pacifiques de son application de moteur de recherche.

Les documents analysés par The Intercept, marqués  Google confidentiel, indiquent que l’application de recherche chinoise de Google identifiera et filtrera automatiquement les sites Web bloqués par le Great Firewall seon le journaliste d’Intercept, Ryan Gallagher. La censure sera également intégrée dans les fonctions de recherche d’images, de vérification orthographique et de recherche suggérées de Google, ce qui signifie que le moteur de recherche n’affiche pas les utilisateurs chinois susceptibles d’être des termes «sensibles» ou interdits par leur gouvernement.

Quelque 200 employés de Google travaillent sur le projet Dragonfly, l’un d’entre eux a dénoncé cette décision de Google parce qu’il était contre les grandes entreprises et les gouvernements qui collaborent à l’oppression de leur peuple. La source a déclaré qu’ils avaient des préoccupations morales et éthiques sur le rôle de Google dans la censure, qui est planifié par une poignée de cadres supérieurs et les gestionnaires de la société sans un débat public selon Ryan.

Le lanceur d’alerte a également exprimé son inquiétude sur le fait que ce qui se fait en Chine deviendra un modèle pour beaucoup d’autres nations, et ce sera un désastre pour l’ère de l’information. Ces révélations sur ce changement à 180 degrés de Google interviennent moins d’un mois après que le partenaire chinois d’un centre de données,  travaillant pour Apple, a transféré les données iCloud, appartenant à 130 millions d’utilisateurs chinois, à un service de stockage en ligne géré par un fournisseur chinois de télécommunications mobiles.

Pour se conformer à la loi chinoise et travailler en Chine continentale, Apple a déplacé les clés de chiffrement et les données de ses utilisateurs chinois iCloud de ses serveurs américains vers des serveurs locaux sur le sol chinois en début de 2018, malgré les inquiétudes des défenseurs des droits humains.

Source

Houssen Mohsinaly

Houssen Mohsinaly

Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique. J'écris sur l'actualité scientifique, les cryptomonnaie, mais également les nombreux domaines de la sécurité informatique. Que ce soit les piratages, les Ransomwares, les virus et d'autres malwares.

Avant de lancer ce blog, j'étais contributeur sur de nombreux magazines spécialisés dans la sécurité informatique et je tenais également une rubrique sur les menaces sur le numérique dans un titre de la presse écrite.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *