La ville intelligente de Google à Toronto est un cauchemar de la vie privée

L’idée de villes intelligentes, l’application des technologies numériques à l’environnement urbain, est très à la mode. Mais bien que potentiellement puissante, cette approche soulève de graves problèmes de et de protection de . Le projet de le plus ambitieux à ce jour est peut-être celui impliquant une société soeur de , Sidewalk Labs.

Le projet Quayside

Après avoir examiné plus de 50 partenaires potentiels, il a choisi de travailler avec la ville canadienne de Toronto. L’annonce de Sidewalk Toronto a été annoncée en octobre 2017 et prévoit le réaménagement d’un espace public de plus de 800 acres, l’un des plus vastes terrains urbains sous-développés d’Amérique du Nord. Le projet initial ne concerne que 12 acres, sur lesquels Sidewalk Labs prévoit dépenser 50 millions de dollars. Ses plans ont été résumés par le New York Times comme suit :

Quayside, comme le projet est connu, sera chargé de capteurs et de caméras surveillant tous ceux qui vivent, travaillent ou simplement traversent la région. Dans ce que Sidewalk appelle un mariage de technologie et d’urbanisme, la masse de données résultante sera utilisée pour façonner et affiner la nouvelle ville. S’inspirant de son grand frère Google, la société considère le projet de Toronto comme une plate-forme.

Une ville comme une plateforme de collecte de données

Comme le terme plate-forme l’indique, la société jumelle de Google y voit une avancée beaucoup plus importante dans un nouveau secteur technologique où les produits et services peuvent être développés puis déployés ailleurs pour faire de Sidewalk Labs une entreprise autonome et rentable. Le président d’Alphabet, la société mère de Google et de Sidewalk Labs, Eric Schmidt, a déclaré que le projet était ce qu’on pouvait faire si on donnait une ville à Google.

Le moindre fait et geste des habitants sera surveillé et optimisé

Google veut une autonomie vis-à-vis de la réglementation municipale pour pouvoir construire sans contrainte et utilise Sidewalk Toronto comme un banc d’essai pour les nouvelles technologies permettant de surveiller et de mesurer l’activité urbaine à une échelle sans précédent. Cela inclura la collecte de données à partir des smartphones des personnes lors de leurs déplacements dans l’espace, des flux de caméras vidéo et des capteurs intégrés :

Les toilettes et les éviers indiqueront leur consommation d’eau; les robots poubelles feront rapport sur la collecte des ordures. Les résidents et les travailleurs de la région utiliseront un logiciel développé par Sidewalk pour accéder aux services publics. les données recueillies à partir de tout influenceront la planification et le développement à long terme.

Une fausse assurance sur la protection de la vie privée

Cette profondeur de la surveillance sonne naturellement un cri d’alarme en ce qui concerne les problèmes de confidentialité qu’elle soulève. Peu de temps après le dévoilement des plans, The Torontoist a publié une liste de dizaines de questions sur de nombreux aspects du projet, y compris la protection de la vie privée.

Sidewalk Labs a réagi rapidement avec un rapport de feedback essayant de répondre à la plupart des points soulevés. Ceci n’est qu’un des nombreux documents publiés par la société sur son site Web, car elle visait à apaiser les préoccupations du public. Celles-ci incluent, par exemple, son approche de la confidentialité des données. Cependant, des aspects troublants du projet ont rapidement émergé. Il a été révélé que c’était une société de développement à but non lucratif, et non la ville de Toronto, qui avait accepté l’accord avec Google :

Les détails de cet accord ne sont pas publics, le processus de planification est financé par Google. Google ne poursuivra pas ce processus, à moins que les autorités gouvernementales ne promettent de conclure un accord final conforme aux intérêts de Google. Ces intérêts incluent le désir de Google d’étendre ses expériences à Toronto au-delà de la parcelle de terrain de Quayside de 12 acres.

Google, seul maitre à bord

Il semblait que les responsables de Toronto n’auraient accès qu’à très peu des données détaillées qui seront rassemblées par Sidewalk Labs en tant que principal produit du projet.

A la place, Google pourrait seul exploiter ces données pour mieux comprendre le fonctionnement des villes, leur utilisation et la façon dont la vie urbaine peut être améliorée. C’est une excellente nouvelle pour Alphabet, qui sera en mesure de vendre cette information à d’autres villes du monde, mais qui a laissé Toronto avec peu d’avantages.

Des doutes sérieux quant à l’opportunité d’accorder à Google les droits exclusifs sur cette ressource précieuse ont commencé à faire surface en début de 2018. En réponse partielle, le projet a publié son cadre de politique d’utilisation responsable des données :

Bien que les préoccupations relatives à la confidentialité des données urbaines ne soient pas nouvelles, nous pensons que Sidewalk Toronto dispose d’une occasion unique, et d’une responsabilité fondamentale, d’innover en ce qui concerne non seulement la manière dont les données seront utilisées, mais aussi la manière dont leur utilisation sera régie.

Des droits exclusifs à Google

Les tentatives de convaincre le public que tout allait bien n’impressionnaient pas un participant: Cela fait presque une semaine que la troisième assemblée publique de Sidewalk Toronto a eu lieu et je suis toujours à la recherche de mots pour décrire l’arrogance qu’on peut ressentir. Un ancien président du conseil et co-directeur général de Research In Motion, mieux connu pour avoir créé le téléphone Blackberry, a écrit un article cinglant sur la façon dont Sidewalk Toronto entendait conserver le plein contrôle des données recueillies. Comme il l’a souligné:

Les données ont déjà été utilisées comme un outil puissant pour manipuler les individus, les relations sociales et l’autonomie. Toutes les données collectées peuvent être retraitées et analysées de nouvelles manières dans le futur qui sont inattendues au moment de la collecte, ce qui a des implications majeures pour notre vie privée, notre prospérité, notre liberté et notre démocratie.

Le départ d’Ann Cavoukian

Sidewalk Toronto a tenté d’apaiser ses craintes en modifiant ses plans et en promettant qu’il ne chercherait pas à contrôler les données recueillies dans le cadre de son projet. Au lieu de cela, il a déclaré qu’il souhaitait voir une confiance publique créée pour prendre en charge de telles données. Il a publié une ébauche de ses propositions de 41 pages sur la gouvernance numérique.

L’une des raisons pour lesquelles elle affirmait s’engager en faveur d’une utilisation responsable des données était : Nous avons engagé la Dre Ann Cavoukian, commissaire tripartite chargée de l’information et de la protection de la vie privée, qui a créé le cadre de protection de la vie privée par la conception, adopté à l’échelle internationale, en tant que conseiller de Cavoukian est une experte respectée dans le domaine de la protection de la vie privée.

Son implication a donc été conçue pour garantir que les données des personnes seront utilisées d’une manière qui respecte leurs données personnelles. Cependant, cette assurance a été fatalement sapée cette semaine lorsque Cavoukian a démissionné de son rôle de conseil auprès du projet.

Une ville intelligente est forcément une ville de surveillance

Dans sa lettre de démission, elle écrivait: Je m’imaginais créer une Smart City de confidentialité, par opposition à une Smart City de surveillance. Plus précisément, on lui avait dit que les données recueillies par Sidewalk Toronto seraient effacées et non identifiables. Mais elle a appris lors d’une réunion la semaine dernière que des tiers pouvaient accéder à des informations identifiables recueillies dans le district. Bien que Sidewalk Labs ait déclaré qu’il s’engagerait à rendre les données non identifiables, il n’a pas été en mesure de garantir que des tiers feraient de même.

La perte de Cavoukian est un coup dur porté aux revendications de l’utilisation responsable des données de Sidewalk Toronto. L’annonce que des tiers auraient accès à des données d’utilisateur identifiables confirme les pires craintes des critiques selon lesquelles les villes intelligentes ne sont que des villes de surveillance.

On ne sait pas exactement comment le projet de Toronto ira de l’avant après ces développements dommageables, car le public ne peut désormais plus avoir confiance que des données à caractère personnel extrêmement révélatrices seront protégées de manière appropriée. À tout le moins, Sidewalk Toronto devrait servir d’avertissement aux autres villes du monde qui envisagent peut-être des projets similaires: La protection de la vie privée des citoyens est absolument cruciale et ne peut en aucun cas être compromise sans conséquences négatives graves.

Traduction d’un article de Private Internet Access par Glynn Moody

Houssen Mohsinaly

Houssen Mohsinaly

Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique. J'écris sur l'actualité scientifique, les cryptomonnaie, mais également les nombreux domaines de la sécurité informatique. Que ce soit les piratages, les Ransomwares, les virus et d'autres malwares.

Avant de lancer ce blog, j'étais contributeur sur de nombreux magazines spécialisés dans la sécurité informatique et je tenais également une rubrique sur les menaces sur le numérique dans un titre de la presse écrite.

Pour me contacter personnellement :

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *