La vie privée est-elle encore possible à notre époque où la violation de la vie privée est la norme ?

  • FrançaisFrançais

  • qimono / Pixabay

    En 2018, le nombre d’internautes, dans le monde, a atteint 3,6 milliards. Si vous êtes un collectionneur d’anecdotes ou d’accomplissements technologiques, cela implique que de la moitié de la population mondiale est connectée. Ne vous méprenez pas, c’est beaucoup d’utilisateurs, beaucoup de données sont divulguées sur les nuages et, si vous avez suivi l’une des violations de données faisant les gros titres ces derniers mois, votre prochaine conclusion doit sûrement être que c’est beaucoup de potentiel de vulnérabilité et de problèmes sur la vie privée.

    Le paradoxe de la vie privée

    Avec autant d’internautes qui consomment des produits en ligne qui requièrent une quantité croissante de pour offrir de meilleures expériences, plus innovantes et personnelles à ces consommateurs (sans parler de la monétisation des données personnelles par les fournisseurs), nous avons de plus en plus un paradoxe de la vie privée. Mary Meeker, de la firme de capital de risque Kleiner Perkins Caufield Byers, nous l’a rappelé dans son très attendu rapport sur les tendances de l’Internet de 2018, publié en mai 2018.

    Ce terme, qui circule depuis quelques années dans l’industrie de la technologie, fait référence à l’idée que les entreprises technologiques doivent utiliser davantage de données pour enrichir les expériences de leurs clients sans trahir leur confiance et comment les consommateurs doivent à leur tour abandonner leur vie privée en échange de services comme Gmail, et ainsi de suite.

    Il n’y a aucune zone de confort pour les consommateurs quand il s’agit de la vie privée en ligne. Chaque graine de renseignements personnels que nous distribuons est une source de préoccupation et les scandales de confidentialité des données comme la calamité de Facebook/, le piratage d’Equifax et plus récemment la débâcle eFail ne nous rendent pas plus sécuritaires ou plus confortables.

    Se déconnecter, faire l’autruche ou y a-t-il une autre solution?

    Vous pourriez faire valoir que la réponse est de simplement se déconnecter complètement, et sans aucun doute, beaucoup de gens l’ont fait dans le sillage de la violation de la confidentialité des données de ces dernières années. D’autres prônent, par exemple, l’approche de l’autruche consistant à enfouir sa tête dans le sable. Si vous ne pouvez pas le voir, alors cela ne peut pas être réel. Il n’y a pas non plus d’options viables pour quiconque souhaite vivre, travailler et contribuer à la société de manière significative. Le futur est connecté, et le défi est de le rendre sûr.

    Pourtant, pas plus tard que le 14 mai 2018, une équipe de chercheurs belges et allemands a révolutionné le monde tel que nous le connaissons en dévoilant des vulnérabilités dans les systèmes de chiffrement de avec le PGP et S/MIME. Surnommée eFail, cette révélation s’est répandue comme une traînée de poudre dans les inter-réseaux, semant la peur et le doute et engendrant des solutions aussi inconsistantes que la désactivation du chiffrement des emails, un peu comme s’il faut laisser sa porte ouverte parce qu’il y a trop de cambriolages et que les serrures ne servent à rien ?

    11 jours avant la date limite du RGPD le 25 mai  2018 et l’échec de la confidentialité des données, Cryptshare, un fournisseur de services mails chiffrés, nous révèle qu’il n’y a pas de solution miracle, car elle nécessite des actions de la part des éditeurs de logiciels. des organismes de normalisation et des utilisateurs finaux et cela prendra donc des mois pour atteindre les objectifs nécessaires.

    Une autre solution

    Cependant, tout n’est pas perdu. Plusieurs entreprises se sont efforcées de développer des solutions de sécurité de messagerie conviviales qui facilitent la communication en ligne et, par extension, les données personnelles et les fichiers volumineux, sécurisés, vérifiables, compatibles GDPR et non affectés par la vulnérabilité eFail. . Les fournisseurs tels que Cryptshare, CounterMail et Virtru sont protégés contre la vulnérabilité PGP et les erreurs d’implémentation connues de certains clients PGP.

    Dans le monde actuel des affaires, les communications électroniques rapides et fiables sont des facteurs clés de succès. Les messages et les fichiers, quelle que soit leur taille, doivent être échangés avec des contacts partout dans le monde avec rapidité, sécurité et auditabilité. Les utilisateurs professionnels, comme le grand public, ne veulent pas abandonner leur vie privée ou être victime d’une activité criminelle en utilisant des outils technologiques aussi répandus que le courrier électronique, ils veulent des solutions de sécurité simples et fiables qui ne gênent pas et que tout le personnel peut utiliser selon Mark Forrest, PDG de Cryptshare .

    Si les récents scandales de confidentialité des données nous ont appris quelque chose, c’est que des normes obsolètes de chiffrement ne pourra jamais garantir la confidentialité des données; que les plateformes de médias sociaux et les fournisseurs de services Internet vendront les informations de leurs utilisateurs; et que si l’entreprise doit continuer à avoir la prérogative d’accéder aux données personnelles de ses consommateurs afin d’obtenir un avantage concurrentiel, alors cet accès s’accompagne d’une obligation de confidentialité stricte qui est au cœur même du GDPR.

    Source

    Houssen Mohsinaly

    Houssen Mohsinaly

    Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique. J'écris sur l'actualité scientifique, les cryptomonnaie, mais également les nombreux domaines de la sécurité informatique. Que ce soit les piratages, les Ransomwares, les virus et d'autres malwares.

    Avant de lancer ce blog, j'étais contributeur sur de nombreux magazines spécialisés dans la sécurité informatique et je tenais également une rubrique sur les menaces sur le numérique dans un titre de la presse écrite.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *